retour

Allocution d'Annie Manassero, secrétaire de l'ANACR - section d'AUPS


Mesdames et Messieurs,

Cette année, en ce 67ème anniversaire des combats des maquis d'Aups, le comité local de l'ANACR et ses amis sont honorés de vous accueillir en ces lieux afin de rendre hommage aux victimes des événements tragiques qui se déroulèrent ici même le 22 juillet 1944.

Nous remercions de leur présence et de leur soutien:
- tous les élus présents,
-les représentants des associations patriotiques ainsi que les porte-drapeaux,
- les représentants de la gendarmerie, du corps des sapeurs pompiers,
- les derniers vétérans qui ont gardé la même volonté d'accomplir leur devoir de mémoire afin d'honorer leurs frères d'armes tombés au maquis d'Aups en juin et juillet 1944,
- le familles des martyrs ainsi que toutes les personnes qui nous ont accompagnés pour le pèlerinage aux stèles.

Nous excusons notre président Monsieur Jean Amic, retenu pour des raisons de santé.

Nous avons une pensée émue pour les résistantes et résistants écartés à jamais de cette commémoration et particulièrement cette année Monsieur Marius Auzende qui nous a quittés en août 2010.

En cette année 2011, comment rester neutres devant les atteintes portées à l'esprit et aux acquis du Conseil National de la Résistance qui secouent notre société?

L'esprit de la Résistance était en effet fait des idéaux toujours actuels de démocratie économique favorisant la répartition équitable des richesses ainsi que la démocratie sociale et culturelle.

Mais que penser des lois actuelles qui bafouent la démocratie locale, accélèrent le démantèlement des services public favorisant les pôles métropoles administratifs et économiques au dépens de nos zones rurales.
Que penser des petites phrases qui exacerbent la haine raciale instillant la peur de "l'autre" tout en favorisant les extrêmes?
Que penser de ces guerres qui taisent leur nom, avec leur cortège de destructions, de misères, de violation des droits de l'homme où nos soldats laissent leur vie?
Enfin du terrorisme omniprésent dans le monde mais aussi à nos portées?
Le danger est bien présent sur tous les fronts et nous appelle à la vigilance et à résister à nouveau car résister c'est créer. Créer un autre avenir.

Réunis devant ce monument symbolique dédié à la Résistance d'hier, d'aujourd'hui et de demain, celle d'un jour et de toujours nous souhaitons que les principes de notre République ne restent pas de vains mots.

Aujourd'hui il est de notre devoir d'honorer le passé glorieux de ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté, de ne pas oublier qu'Aups payait un lourd tribut en cet été 1944 à la cause des valeurs républicaines.

Nous honorons la mémoire:
- d'Henri Nans, aupsois disparu en déportation à Buchenwald

- de Duchatel et Millet exécutés à la Villa Rose le 12 juin 1944, après une parodie de justice

- de Charles Boyer, Conseiller Général du canton d'Aups, fusillé à Signes le 18 juillet 1944

- de Guillot Henri, 23 ans,
- de Biagini Martin, 24 ans,
- de Bondil Emile, 27 ans,
- de Chiesa Serge, 18 ans,
- de Gautier Louis, 47 ans,
- de Rouvier Louis 21 ans,
- de Sérafino Fernand, 20 ans
tombés sous les balles nazies sur la route de la Tardie le 22 juillet

- de Luciani Dominique, 44 ans, de Chaude André, 24 ans, de la toute jeune Ciofi Rosette, 17 ans, tous les trois mitraillés contre les murs de l'hôtel de ville le 22 juillet.

En ces temps de tourmente politique,financière, économique et sociale, les amis de la Résistance souhaitent que notre République reste fidèle aux idéaux qui animèrent jadis le Conseil National de la Résistance pour une République Une et Indivisible.

Souvenons nous de ces idéaux de liberté, de fraternité, d'égalité, de laïcité, qui ont été un exemple dans le monde, particulièrement à Aups, pour que nous soyons libres et réunis sur cette place chargée d'histoire, en ce jour de mémoire.